Archives pour la catégorie Chroniques

wpid-editors-the-weight-of-your-love.jpg

Editors: The Weight Of Your Love

Avant propos

Oui cela fait longtemps, très longtemps que je n’ai pas réellement écrit sur mon blog. Me cachant derrière la pseudo excuse du « je n’ai pas le temps », ce blog avait été laissé en jachère. Il paraît que pour l’agriculture c’est bénéfique. Pour un texte ? On verra plus tard.

Mais sans blog, mon esprit a continué à apprécier la musique, à divaguer sur des images. Voyons ce qu’il reste de ces divagations.

image

L’album

Pour reprendre,  je voulais parler de la dernière sortie des Editors: The Weight Of Your Love

Je suis resté subjugué par les deux premiers titres, un puissance et un charisme très British du chanteur, ça en impose.
L’intro ultra basse de Sugar, la rythmique entêtante de The Weight, comme on dit sur Facebook, j’aime !
Bon, bravo il a passé l’épreuve des 2 premiers titres (autrement appelé : les-deux-extraits-ecoutes-a-la-fnac), mais la suite ?

La suite est malheureusement, beaucoup plus inégale, j’ai plusieurs fois vérifié que je n’avais pas sauté sur un nouvel album commercial de u2, mais non c’était bien les Editors. Au secours ce « a ton of love »!!!
Et pourtant on trouve quelques perles sur les autres morceaux. Comme ce Honesty, où le chanteur semble crier à l’aide.

La marque de fabrique reste malgré tout cette voix, remplie, profonde. Elle te prends aux tripes, parle à nos propre blessures et interrogations. C’est noir, triste et droit, j’imagine le chanteur seul, se tenant droit, bombant le torse pour clamer ces émotions comme des appels non écoutés.

La voix est portée par une composition millimétrée, basse et batterie qui remplissent l’espace et la guitare qui accompagne la voix.

A écouter au calme et au casque obligatoirement !!
Libre a vous de piocher les quelques titres excellents et de jeter le reste (ce que j’ai fait pour ma part)

Bon voyage.

Rentrée radiophoniques 2012, mes podcasts et autres écoutes

En cette rentrée 2012, peu de changements dans le paysage radiophonique, mais voici ma sélection d’émissions musicales (ou non) à ne pas rater.

Musique

  •  OUI Fm – C’est du live « la complète » : un mix de sessions acoustiques et du concert canal+. Une très belle sélection, petit bonheur pour les oreilles. Il n’y a pas de podcasts
  • OUI Fm – La session acoustique: Toujours là, à 20h tapante, pas de podcast mais j’enregistre, passage obligé!
  • Le Mouv – Laurent Garnier, It is what it is : Emission personnelle du très respectable Laurent Garnier. Il part un peu dans tous les sens, très souvent électro, mais parfois funk, rock français, etc .. j’aime ce vrac et sa vision de la musique. Pas de podcasts, mais écoutable sur son site personnel: laurentgarnier.com
  • Metal Invasion Podcasts: Une référence pour moi dans la découverte de métal, et la réécoute de quelques classiques du genre. Il y en a pour tous les styles de métal (du mélodique au death)
  • France Inter –  Black Liste: Alors là, respect! une sélection toujours au petit oignon, de la musique « black » de qualité. Et le podcast est disponible, aucune excuse pour ne pas écouter!
  • France Inter – Encore un matin:  Didier Varrod nous fait une petite sélection matinale, éclectique, billet bien écrit, on aime – pas tout le temps – mais l’occassion de (re)découvrir des artistes!

Sciences & autres

Humour

C’est la seule partie où je me retrouve plutôt à sec, avec seulement une chronique que je trouve encore drôle, c’est bien triste..

 

D’autres idées, suggestions?

NB: pour ceux que ça intéresse voir ici comment j’enregistre les émissions en podcasts quand celles-ci ne sont pas disponibles:

http://www.bastienleblanc.com/post/2011/10/comment-generer-un-podcast-personnel-a-partir-de-la-radio-fm/

 

 

Paul Personne, un bluesman, un grand

Un grand homme, un bluesman à la française, Paul Personne est un musicien exceptionnel. Discographie impressionnante, de nombreuses années en tant que musicos dans les pattes, et pourtant pas si connu que ca dans la nouvelle génération. Je ne l’ai moi même vraiment connu qu’il y a quelques années. Alors pour ceux qui ne connaissent pas, ou mal, j’espère vous donner envie de creuser!

Je vous partage aujourd’hui son dernier album enregistré avec le groupe « à l’ouest »

Ses qualités sont nombreuses, mais ce que j’apprécie le plus est sa façon de chanter en français, choix au départ de sa part. Faire du blues avec cette distinction, et le faire en français. Double avantage, on comprends les paroles, et on apprécie les belles sonorités de notre langue.

Et musicalement ce qu’il en sort? Une force, une énergie. Et un charisme. On tape du pied avec cette rythmique entraînantes. On hoche la tête avec les riffs de guitares. Il prend son pied dans cette musique, nous emmène et c’est ca l’important!

Bonne écoute.

Sigur Ròs : Heima le DVD qui fait du bien

Voila bien longtemps que je n’avais pas pris ma plume numérique, mais ce DVD vaut le coup!

Cette oeuvre est tout simplement splendide. Je prends d’ailleurs  volontairement le terme d’oeuvre car ce DVD est une oeuvre d’art.

Sur fond de leur musique planante envoûtante, le groupe Sigur Ròs nous raconte leurs concerts en plein air au travers de l’Islande. Interview des membres, scènes d’Islande, du public, des concerts. Ces concerts semblent presque improvisés, magiques pour les spectateurs.

Et pour couronner l’aspect musical, la photographie est extraordinaire, plan de brouillard, de couleurs, de paysages à couper le souffle. Mais également des portraits de spectateurs, subjugués par ces musique. On les sens en communion, heureux, en toute simplicité.

Simplicité, modestie des musiciens face à leurs concerts. Et c’est cela qui je crois procure un bien fou. Oubliez les techniques de yoga ou autres pour se calmer, regarder ce DVD!

Je terminerai ce petit article par un extrait du DVD  et par citer une phrase écrite par un de mes contacts sur les réseaux sociaux:
« Ce DVD fait tellement de bien qu’il devrait être remboursé par la sécu! »
Ca ne peut pas être mieux résumé, il se dégage tellement de bonnes ondes.

 

Je crois avoir quelque peu abusé des superlatifs dans cet article, mais c’est mérité !

 

Pour voir le film entier: https://www.youtube.com/watch?v=DMwVdm8wNEY

 

Beirut, nouvel album: mélancolie ou maturité ?

Mélancolie, ou maturité ? C’est les deux mots qui me viennent à  l’écoute du nouvel album de Beirut.

J’avais déjà évoqué ce groupe qui m’avait fait craquer après avoir assisté à leur black session.

On retrouve tout ce qui fait que Beirut est Beirut. La voix de Zach Condon reconnaissable. Les influences de la musique des balkans. La trompette et autres cuivres rares dans le paysage musical actuel, marquent leur signature musicale.

Il y a sur ce The Riptide, un poil plus, ce petit quelque chose qu’on ne définit pas bien. Après une écoute rapide, survolée, il ne ressemble qu’a une reprise de leur précédents albums.Alors certes ils ne sont pas partis défricher de nouveaux horizons. Plutot, l’impression qu’ils sont partis s’isoler, leurs instruments,leurs idées sous le bras.

Il en sort cet album, tantôt flamboyant -les premiers titres-, tantôt mélancolique -sur la fin-. Mais il y a cette nouvelle assurance qu’on ressent dans leur composition, la voix. Comme si il tracait une route. Tranquillement, doucement, on s’y laisse porter.

Et cette sérénité est contagieuse, le temps d’un album, on est avec eux, installés confortablement.

Yodelice, Cardoid

Yodelice, un groupe qui porte bien son nom!
J’étais volontairement passé à côté de leur premier album, un peu trop « simple » ou trop connu. Mais ce cardoid est une petite merveille.

Ce qui frappe c’est la tonne d’influences qu’on y trouve. Du rock progressif, acoustique limite country, des sonorités orientales et des morceaux plus pop sont au pogramme. Mais etrangement tout reste formidablement cohérent.

Sur le titre More Than Meets the eyeOn y retrouve par exemple de la guitare à la chris isaack

La raison qui m’a fait craquer pour cet artiste est la fantastique vidéo diffusée par le hiboo:

A voir : http://www.le-hiboo.com/26470-hiboo-dlive-yodelice-reboot-part-i

Courrez y jeter vos oreilles!

Le nouveau Chemical Brothers – Further, des fourmis dans les jambes

Ce nouveau chemical brother donne des envies de danser, de partir s’eclater quelque part. Ultra orienté dance floor, avec la maitrise de la rythmique électro parsemé de sons en tout genre, on retrouve les Chemical dans leur orientation de leur début.

A l’écoute on s’imagine au choix sur une fête foraine ou dans le flux discontinue du métro. Tantôt ultra bruyant et speed, avec des rythmes tribals. Et puis tout à coup baisse de régime, le manège qui retombe doucement ou qui atteint son climax, on a le temps d’observer le paysage, de s’imaginer notre chute prochaine. Et on replonge, a toute vitesse, les cheveux dans le vent.

Je suis pas sur qu’ils aient atteint le niveau de surrender ou de Dig Your Own Hole, mais cet album est un petit bonheur électro.

On attends surtout cette musique en soirée, mais à tenter dans les couloirs du métro, slalomant dans la foule, ou 100 à l’heure en dévalant une piste de ski!

Cocorosie, un vrai tableau musical

La musique des cocorosie pourrait arborer de multiples qualificatifs. Mais ce qu’il m’en reste c’est qu’elle ne laisse pas indifférent. Dans un sens ou dans l’autre, on aime ou on déteste.

Depuis leurs débuts, ils nous proposent plus que de la musique, un univers.

En écoutant ces sons, cette ambiance, des tas d’images oniriques nous viennent en tête. A chaque écoute, c’est comme un nouveau tableau qui se dessine dans notre esprit.

Deux sœurs, l’une la voix enfantine, innocente, l’autre adulte, lyrique. Elles se répondent. Comme une discussion surréelle entre deux anges.

Pour accompagner ces voix, un bazar de sons, tantôt électronique, tantôt récupèrés d’une brocante ( vieux jouets par exemple ), ou plus raisonnablement un piano de toute beauté.
Cocorosie – Candyland by ylukonina
Oui c’est « beau » – mot qui veut pas dire grand chose- mais surtout esthétique, et oui de la musique esthétique! On est hapé dans leur monde, dans leur maison de mes rêves ( titre de leur précédent album).

Cette approche réellement artistique de la musique est impressionnante, elles parcourent un univers musical tellement vaste que l’on ne saurait le décrire. Tantôt limite r’nb, tantôt oriental, voire même parfois électro expérimental.
Cocorosie – lemonade by Pias France

Soit on passe a côté de leur univers, et on déteste ce qu’ils font, on ne comprends pas. Mais si on fait l’effort d’écouter leurs albums, au casque, dans un endroit isolé, on y découvre la porte de notre propres rêves, comme si la musique pouvait être d’un seul coup personnelle, rien que pour nous.

Plongez y, et n’ayez pas peur d’y croiser vos propres anges et démons.

Ma sélection de la semaine: Black Keys, du blues moderne

Cet album après une première écoute en lisant les diverses chroniques enthousiastes avait finit sa course directement dans un dossier « oui, bof et alors? » je m’étais ennuyé.

Et puis par hasard, un morceau (tighten up) se retrouve sur ma playlist matinale. Et là, sans explication je reste accroché. Suspendu a ces rythmes secs, lancinants. Cette voix envoutante.

Il parait que c’est du blues, soit. Je n’en sais rien, mais ca sent quand même fortement la musique moderne. Formatée a la sauce mp3, et musique numérique.

Mais une fois que l’on a plongé une oreille sérieuse sur cet album, il y reste bien accroché.

Spotify: The Black Keys – Brothers

Deezer: http://www.deezer.com/music/the-black-keys/brothers-539360?provider=website

Black Keys – Brothers by cooperativemusicuk

Caribou: electro envoutante

http://www.bastienleblanc.com/?p=415

Non ce n’est pas un billet sur la zoologie de ce bien bel animal du Québec!

Caribou, de la musique électronique je dirais même tribal. Ultra rythmique, on a l’impression qu’il ont mesurés chaque temps des morceaux pour nous donner envie de se bouger.

Mais pas du tout de manière brutale ou House comme le ferait un mauvais David guetta ( ça veux pas dire qu’il est bon..)

Caribou – Odessa by cityslang

Mais tout en subtilité. Et ça c’est drôlement agréable dans ce genre de musique. Ça reste répétitif, entêtant, enivrant. Et leur musique se ressent, se vit!

Mais c’est en concert que cet ensemble prend tout son sens. A en juger les extraits de leur concert a la route du rock ( ici ) . Ils sont postionne en rond, les uns face aux autres. J’adore cette position dans un groupe. Ça change du traditionnel « chanteur au milieu, batteur caché, les bassiste et guitariste autour » et en plus ça represente une sacré cohésion de groupe!

Caribou – Swim 05 Bowls by casagenovia

Oui car pour produire a quatre de la musique electronique, au millimètre près, avec de vrais instruments ( ouf une batterie!), il faut sacrement être doué!

Certains titres sont un peu plus décevant (Kaili, leave house) car trop conventionnels et n’apportant pas la subtilité. Mais alors on s’enthousiasme sur des titres comme Hannibal ou encore Odessa)

A découvrir!

http://open.spotify.com/user/bass000/playlist/7d9ynoPciQYGhMViCiNxs0

http://www.deezer.com/en/music/caribou/swim-524711