Archives pour la catégorie Musique

Other lives – Rituals voyage electro

500x500Je me suis précipité sur l’écoute de leur album Rituals quand j’ai entendu leur session acoustique sur Ouifm la semaine dernière et l’animateur qui les compare à Radiohead.

Radiohead évidemment. Une voix haut perchée, très douce, qui nous enveloppe. Un sens de la mélodie. Une sonorité qui se rapproche du Radiohead de l’époque Kid A et Amnesiac.

Pas seulement. On pense rapidement à Yeasayer à cette façon de manier les percussions, presque tribale.

Ce nouvel opus est beaucoup plus électro, beaucoup plus hypnotique. Ils veulent nous emmener en voyage, des nappes électro qui portent, une guitare mélodique, un chant bienfaisant. On s’y blottit, on se love en écoutant ces chansons, comme un bon feu en hiver.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Je vous laisse apprécier cette session acoustique, car même sortis de leur sonorités électro très présentes dans ce dernier album, on se laisse porter par les sensations. Mélancolie, grandeur, émotions.

Dj Zebra et la grosse radio!!

zebra-emissionQuand une des WebRadios que j’affectionne s’acoquine avec un super musicien et présentateur radio, j’adore !!

Depuis ce lundi, Dj Zebra est en quotidienne sur la Grosse Radio.
Et oui… sur une WebRadio, et en plus le tout en Podcast (sans pirater!).

On entend parler de digital disruption (déformation professionnelle, désolé)  , et c’en est un bel exemple. Au revoir le transistor, la radio s’écoute numérique.

Pour sa première émission il diffuse du Rolling Stones, du Ty Segal, du arcade fire… perfect.

Pourvu que ça dure :)

Branchez vous sur le Podcast : http://podcast.lagrosseradio.com/

Le premier épisode

blast1

The Ghost of a Saber Tooth Tiger

blast1Quand on s’appelle Lennon, que l’on est « fils de », évidemment on est attendu au tournant. Et pour achever cette attente, il s’entoure de Charlotte Kemp, mannequin. Avouez que l’ensemble sur le papier inquiète du résultat possible…

Oui, car mettre une mannequin dans un groupe, qui plus est à la basse est plutôt original et osé. Le public de rock en Seine la bien compris, tous les yeux étaient tournés vers elle. Sexy la bassiste, ça oui, cela ne fait aucun doute !

Passé cette introduction, on est séduit par ce groupe au nom imprononçable, et qu’il va être difficile de se rappeler. Un savant mélange de douceur de la bassiste (au chant parfois) et de virilité de Lennon junior.

J’aime, si vous aimez le rock simple, posé et malgré tout « intelligent », foncez écouter cet album.

Leur concert à rock en seine:

Photo: http://theghostofasabertoothtiger.com

Les autres concerts de rock en seine: http://culturebox.francetvinfo.fr/festivals/rock-en-seine/lives

wpid-LOGO_RC.jpg

Radio crochet sur France inter : nostalgie absurde ?

image

Une radio crochet. C’est vrai que le nom n’est peut être pas idéalement choisi. Plutôt comme une résonance de c’était mieux avant. Est ce donc une tentative de contre mode, pour surfer sur la vague de l’ancien-qui-est-toujours-mieux ? Pour renforcer ce sentiment, l’émission commence sur un générique qui se fait l’écho des premières voix de la radio. Mais quel drôle de choix !

Passons donc ce moment de nostalgie aiguë, presque absurde et écoutons ce nouveau rendez vous de France inter : on a les moyens de vous faire chanter. Ouf un titre qui sonne un peu plus moderne. Quoique. Face à ces émissions tv que sont Star Academy, La nouvelle star, ou encore The Voice… Tout de suite ça fait beaucoup moins moderne ce que nous propose Didier Varot…

Bon… vous pouvez poser votre télécommande, brancher votre poste de radio /lecteur de podcast et apprécier. Oui je dirais même adorer cette heure d’émission. Des artistes, au sens premier du terme, qui créent , qui inventent, qui tentent des choses. Ce renouveau de jeunesse fait tellement de bien face aux « star » proclamées par la tv…

Le principe est le même, un concours, les gagnants sont décidés par un vote du public. Ou pas. Je n’ai pas forcément suivi les règlements. Mais est ce l’intérêt de l’émission ? Pour moi, c’est d’écouter 4 artistes compositeurs et interprètes, proposant leur univers, leur approche de la musique. Sortir de cette TV toute puissante, abrutissante et normalisante.

Oui toi le fan de ces émissions de TV, s’il te plaît écoute au moins un podcast de cette émission. Et découvre ce qu’est de la vraie création musicale.

A retrouver ici : http://www.franceinter.fr/emission-radio-crochet-inter

dark-eyes-par-half-moon-run-artwork

Half Moon Run – bien plus que du Radiohead

dark-eyes-par-half-moon-run-artworkAlors bien sûr l’ombre de Radiohead n’est pas loin, mais il serait bien dommage de ranger ce groupe si rapidement dans la case des ersatz du groupe anglais.

La pochette de cet album Dark Eyes, m’a attiré l’oeil -sans jeux de mots- qu’est ce qui brûle ainsi ? Les mains sont elles là pour se réchauffer ou empêcher quelque-chose. En y regardant de plus près, une pelle ! Évocation d’enterrement? Bref, c’était tentant, passionnant de voir ce que ce disque avait dans le ventre. (NB: on y vois encore un intérêt à la survie des Fnac, sinon on va t-on flâner devant les disques ? Sur la tablette on n’aura jamais ces rayons où on peut plonger, flâner…)

Si on parle musique, les fans de Radiohead devraient apprécier, c’est une valeur sûre comme on dit. Ces mélodies toutes atmosphériques nous rappellent Tom Yorke.
Mais c’est sur les morceaux plus dynamiques que le groupe trouve toute sa force, batterie binaire, entraînante. Comme sur ce superbe she wants to know..
Sur la suite de ce disque on sent moins la présence de Radiohead, mais d’autres influence plus rock sont présentes. Et heureusement! Bien plus qu’une pâle copie du groupe.
Half moon run vont bien plus loin que cela, comme un condensé de leurs influences. Je n’ai pas lu leur biographie, mais j’imagine bien une bande de jeunes trentenaire fan de nombreux groupes et qui veulent ressortir tous leur plaisirs musicaux. Pas de reprises, mais une appropriation des thèmes musicaux déjà vu dans le rock au sens large.

Plongez vous dedans, écouter au casque et ne restez pas bloqués sur les premiers titres. Et surtout, si vous aimez Radiohead foncez!!

 

https://www.youtube.com/watch?v=c_yengUrkaU

The Foals Holy Fire

image

C’est très étrange j’écoute leur nouvel album en boucle depuis une semaine, mais j’ai beaucoup de mal à mettre des mots dessus. Serais-je hypnotisé par ces gars là ? C’est vrai que cette voix.. Ouf il pourrait très bien nous dire « je vais compter jusqu’à 10, vous n’entendez plus que ma voix,… »  Ils nous rajoutent dessus quelques nappes au piano/synthé sur les morceaux calmes comme Moon, et on est perdu.

Revenons sur terre, cet album n’est pas calme, hormis quelques balades, tous les éléments sont là pour donner la pêche, pour hocher de la tête en tapant du pied.

Des breaks, du rythme basique et entêtant, tout est produit au millimètre -peut être d’ailleurs un peu trop-. On les imagine, bien rangés derrière leur instruments. Costard cravate, avec le flegme anglais.
Pourtant ça se veut dansant, je dirai même disco sur My Number par exemple.

Il est difficile de comprendre, de tirer une ligne directrice de cet album. Et mon avis final n’est pas vraiment tranché. J’aime beaucoup, je l’écoute en boucle, mais en même temps c’est de la pop/indie anglaise. Sans plus, sans moins. Ça s’écoute très bien mais ça ne sera pas le disque qu’on va passer à un ami en lui disant « tu vas voir c’est trrroooopp bien »
Je le garde dans un coin, il m’accompagnera un petit moment.

De la bonne musique dans les médias ? Encore possible ?

144051En ce début d’été, un sujet me tracasse particulièrement: la présence de la musique (de la bonne …) dans les médias.

Après le départ à la retraite l’année dernière de Bernard Lenoir, la fin cette année de Taratata et la mise à la porte de Laurent Lavige, que reste il à se mettre dans les oreilles ?

La radio (et dans une moindre mesure la tv) a toujours été pour moi un vecteur formidable de découverte de musique. Le bouche à oreille ça a ses limites, on tourne vite autour des mêmes groupes. Alors j’ai écouté religieusement Bernard Lenoir qui avait le don de nous sortir les pépites au milieu des nouveautés ou -à l’opposé – Laurent Lavige avec sa balade romancée de la musique noire.

Alors maintenant qu’ils sont partis qu’allons nous se mettre sous la dent ?

En musique électronique, je reste fidèle à notre Laurent Garnier national avec son émission it is what it is (écoutable sur le mouv ou sur soundcloud.com). Dans cet univers de musique électronique (est-ce vraiment un genre musical d’ailleurs ? ) Laurent apporte sa patte de DJ, au sens premier du terme, un pousseur de disque mais avec une unité, une histoire, une évolution sur son heure d’émission. Je ressors rarement avec un disque, mais simplement d’un plaisir à écouter un Mix. Si de la musique faite avec des machines ne vous rebute pas, foncez écouter ses émissions !

Petit nouveau de l’été, André Manoukian propose une émission sur France Inter « la vérité est dans le jukebox ». Séduis par l’idée, je m’abonne au podcast, et saute directement sur un titre qui m’attire « Dieu est un joueur de blues« , et… déception… D’abord Manoukian essaye de nous faire de la pseudo poésie (c’est son personnage, mais ça sonne faux, ça sonne pas radio) et puis ce choix de disques… Dans une émission sensée parler de blues il nous sors un Olivia Ruiz et du Tété.. Je zappe, ça sera sans moi.

Chez le Mouv, une belle émission du dimanche était « Soul Sunday« . Ok l’animateur n’a pas le charisme de Lenoir ou Lavige, mais wow la sélection pure soul, et quelques interview qui valent le coup. Je la garde ! On aura en plus le droit à une émission quotidienne au mois d’août « Soul Summer ». A suivre.

Pour finir je ne peux que vous conseiller d’aller faire un tour sur le site http://liveweb.arte.tv qui propose ces temps-ci de superbes productions, cherchez soul legends par exemple :)

Il me reste à suivre la rentrée radiophonique, voyons par exemple ce que Didier Varrot maintenant directeur de la musique à France Inter va proposer…

Décidément, la musique « pas comme les autres » de Bernard Lenoir me manque…

The_Following_teaser_poster_3

The Following : la playlist

The_Following_teaser_poster_3Pour changer un peu des albums, je vous parle aujourd’hui d’une playlist. Celle basée sur la bande son de la série The Following.

En quelques mots cette série, très américaine, mais assez bien ficelée: Un serial killer arrive à manipuler tout un groupe de personne, en utilisant les réseaux sociaux. Il amène ces gens à faire ce qu’il désire. Parfaite maîtrise de la manipulation !

Alors chronique d’une playlist, signe du temps ? Au revoir les albums ? Je ne pense pas, autrefois on se faisait des mixtapes sur nos cassettes audio, maintenant on s’échange des playlist deezer ou Spotify. Semblant besoin de renouveau ?

Bref, cette playlist tourne en boucle dans mon casque depuis que j’ai regardé cette série tv. Je suis resté impressionné en regardant cette série par la bande son qui pour une fois fait sens en dehors de l’image.
Très souvent la bande son reste un fond, un support à l’image grandiose. Et cette fois-ci j’ai eu le sentiment inverse. Les scènes très (trop) étaient transportées par la musique.

Maintenant j’écoute cette playlist, j’ai plus ou moins oublié la série, mais chaque morceaux porte des images, du sens. La plupart du temps assez lourd (départ, décès, meurtre,..)
Pour arriver à cela, on a le droit à un mélange complètement imprévu, improbable de métal, de la bande folk, de l’electro.

Étrangement on passe du sepultura et ses basses monstrueuses et sa violence à la pop de Garbage sans soucis. Au milieu on a le droit à un fever Ray (belle démonstration d’electro qui raconte autre chose que du boom boom pour danser).

A chacun de s’imaginer les images derrière chaque morceaux, c’est ce que j’aime, la liberté d’imagination que laisse la musique. Comme une oeuvre d’art moderne qui laisse chaque spectateur rarement indifférent (d’ailleurs même si c’est du dégoût ou l’incompréhension, ce n’est pas de l’indifférence)

Je vous laisse écouter la playlist sur Spotify ou autre!
http://open.spotify.com/user/buckwell/playlist/087lBZSLR389iaq3MYCdxL

wpid-editors-the-weight-of-your-love.jpg

Editors: The Weight Of Your Love

Avant propos

Oui cela fait longtemps, très longtemps que je n’ai pas réellement écrit sur mon blog. Me cachant derrière la pseudo excuse du « je n’ai pas le temps », ce blog avait été laissé en jachère. Il paraît que pour l’agriculture c’est bénéfique. Pour un texte ? On verra plus tard.

Mais sans blog, mon esprit a continué à apprécier la musique, à divaguer sur des images. Voyons ce qu’il reste de ces divagations.

image

L’album

Pour reprendre,  je voulais parler de la dernière sortie des Editors: The Weight Of Your Love

Je suis resté subjugué par les deux premiers titres, un puissance et un charisme très British du chanteur, ça en impose.
L’intro ultra basse de Sugar, la rythmique entêtante de The Weight, comme on dit sur Facebook, j’aime !
Bon, bravo il a passé l’épreuve des 2 premiers titres (autrement appelé : les-deux-extraits-ecoutes-a-la-fnac), mais la suite ?

La suite est malheureusement, beaucoup plus inégale, j’ai plusieurs fois vérifié que je n’avais pas sauté sur un nouvel album commercial de u2, mais non c’était bien les Editors. Au secours ce « a ton of love »!!!
Et pourtant on trouve quelques perles sur les autres morceaux. Comme ce Honesty, où le chanteur semble crier à l’aide.

La marque de fabrique reste malgré tout cette voix, remplie, profonde. Elle te prends aux tripes, parle à nos propre blessures et interrogations. C’est noir, triste et droit, j’imagine le chanteur seul, se tenant droit, bombant le torse pour clamer ces émotions comme des appels non écoutés.

La voix est portée par une composition millimétrée, basse et batterie qui remplissent l’espace et la guitare qui accompagne la voix.

A écouter au calme et au casque obligatoirement !!
Libre a vous de piocher les quelques titres excellents et de jeter le reste (ce que j’ai fait pour ma part)

Bon voyage.