Archives pour l'étiquette electro

Fauve-Album1 (1)

Fauve, intelligent, moderne, hypnotique

Fauve-Album1 (1)Fauve, un collectif dont on a en entendu parlé en long et en large il y a quelques mois. Mais je n’avais pas écouté attentivement, pas vraiment avec grand intérêt.

Récemment plongée dans leur mini album de 6 titres. Une claque. C’est simple, percutant, hypnotique. C’est parfois touchant, réfractaire… Je crois que je pourrais en trouver 50 des adjectifs…

La voix est urgente, elle court. Symbolique d’une vie urbaine courant après le temps ? C’est vrai que les thèmes sont largement classiques et écumés, amour, la vie, la mort. Mais cette façon de déclamer son texte comme si il était toujours à bout de souffle ajoute une force a chaque strophe. Malgré certains textes parfois un peu moyen -et oui car on compare à d’autres slam..- cet mini album vaut le détour!

Je pensais écouter cet album et en conclure très vite que c’était juste un effet buzz, et bien on est bien loin de tout cela, je vous conseille vivement les titres Blizzard et Nuits Fauves.


Deezer Session with FAUVE – Live @ Deezer par deezer

Le nouveau Chemical Brothers – Further, des fourmis dans les jambes

Ce nouveau chemical brother donne des envies de danser, de partir s’eclater quelque part. Ultra orienté dance floor, avec la maitrise de la rythmique électro parsemé de sons en tout genre, on retrouve les Chemical dans leur orientation de leur début.

A l’écoute on s’imagine au choix sur une fête foraine ou dans le flux discontinue du métro. Tantôt ultra bruyant et speed, avec des rythmes tribals. Et puis tout à coup baisse de régime, le manège qui retombe doucement ou qui atteint son climax, on a le temps d’observer le paysage, de s’imaginer notre chute prochaine. Et on replonge, a toute vitesse, les cheveux dans le vent.

Je suis pas sur qu’ils aient atteint le niveau de surrender ou de Dig Your Own Hole, mais cet album est un petit bonheur électro.

On attends surtout cette musique en soirée, mais à tenter dans les couloirs du métro, slalomant dans la foule, ou 100 à l’heure en dévalant une piste de ski!

Cocorosie, un vrai tableau musical

La musique des cocorosie pourrait arborer de multiples qualificatifs. Mais ce qu’il m’en reste c’est qu’elle ne laisse pas indifférent. Dans un sens ou dans l’autre, on aime ou on déteste.

Depuis leurs débuts, ils nous proposent plus que de la musique, un univers.

En écoutant ces sons, cette ambiance, des tas d’images oniriques nous viennent en tête. A chaque écoute, c’est comme un nouveau tableau qui se dessine dans notre esprit.

Deux sœurs, l’une la voix enfantine, innocente, l’autre adulte, lyrique. Elles se répondent. Comme une discussion surréelle entre deux anges.

Pour accompagner ces voix, un bazar de sons, tantôt électronique, tantôt récupèrés d’une brocante ( vieux jouets par exemple ), ou plus raisonnablement un piano de toute beauté.
Cocorosie – Candyland by ylukonina
Oui c’est « beau » – mot qui veut pas dire grand chose- mais surtout esthétique, et oui de la musique esthétique! On est hapé dans leur monde, dans leur maison de mes rêves ( titre de leur précédent album).

Cette approche réellement artistique de la musique est impressionnante, elles parcourent un univers musical tellement vaste que l’on ne saurait le décrire. Tantôt limite r’nb, tantôt oriental, voire même parfois électro expérimental.
Cocorosie – lemonade by Pias France

Soit on passe a côté de leur univers, et on déteste ce qu’ils font, on ne comprends pas. Mais si on fait l’effort d’écouter leurs albums, au casque, dans un endroit isolé, on y découvre la porte de notre propres rêves, comme si la musique pouvait être d’un seul coup personnelle, rien que pour nous.

Plongez y, et n’ayez pas peur d’y croiser vos propres anges et démons.

Caribou: electro envoutante

http://www.bastienleblanc.com/?p=415

Non ce n’est pas un billet sur la zoologie de ce bien bel animal du Québec!

Caribou, de la musique électronique je dirais même tribal. Ultra rythmique, on a l’impression qu’il ont mesurés chaque temps des morceaux pour nous donner envie de se bouger.

Mais pas du tout de manière brutale ou House comme le ferait un mauvais David guetta ( ça veux pas dire qu’il est bon..)

Caribou – Odessa by cityslang

Mais tout en subtilité. Et ça c’est drôlement agréable dans ce genre de musique. Ça reste répétitif, entêtant, enivrant. Et leur musique se ressent, se vit!

Mais c’est en concert que cet ensemble prend tout son sens. A en juger les extraits de leur concert a la route du rock ( ici ) . Ils sont postionne en rond, les uns face aux autres. J’adore cette position dans un groupe. Ça change du traditionnel « chanteur au milieu, batteur caché, les bassiste et guitariste autour » et en plus ça represente une sacré cohésion de groupe!

Caribou – Swim 05 Bowls by casagenovia

Oui car pour produire a quatre de la musique electronique, au millimètre près, avec de vrais instruments ( ouf une batterie!), il faut sacrement être doué!

Certains titres sont un peu plus décevant (Kaili, leave house) car trop conventionnels et n’apportant pas la subtilité. Mais alors on s’enthousiasme sur des titres comme Hannibal ou encore Odessa)

A découvrir!

http://open.spotify.com/user/bass000/playlist/7d9ynoPciQYGhMViCiNxs0

http://www.deezer.com/en/music/caribou/swim-524711

Speed caravan, un mélange parfait de world music, funk et electro

speed-caravan-a-annaba.pngAperçu en remplacement de Orange Blossom au festival Fnac Paris Plage 2008, voici mes impressions.

Deux musiciens hors pair et une nana derrière un pc. Une basse, un banjo électronique, une table de mixage et des percussions. Ça donne Speed Caravan

Continuer la lecture

Gnarls Barkley, virage du second album raté

Il y a comme cela de nombreux groupes après un titre planétaire que l’on attend au tournant pour leur deuxième album. Certains réussissent comme Radiohead après leur (trop) célèbre Creep, et beaucoup d’autres ne ressortent pas vivant de leur deuxième album.

Continuer la lecture

Digitalism, Ersatz de Daft Punk ou nouveauté super craquante?

Ersatz de Daft Punk ou nouveautée super craquante?

Leur album Idealism démarre sur un titre électrotec très minimaliste, je cherche la house que l’on m’avait vanté! Et puis d’un seul coup une voix robotique à la Daft Punk, une ligne mélodique qui s’envole et on se retrouve en terrain connu. De la pure électro au sens Daft Punk du terme (oui encore eux mais la ressemblance ne peut être oubliée).

(Sur YouTube)

Chacun des morceaux de cet album s’enchaine formidablement, ils passent d’une électro house très classique à une pop très énergique.

On pense à un moment à du Jean-Michel Jarre sur les morceaux sur fond d’ambiance nord-africaine (Digitalism in cairo et Departure from cairo), et puis à Bloc Party sur le très énergique pogo, il reviennent ensuite a leurs racines électroniques pour nous faire danser cet été!

Sur scène ces deux gaillards se débrouillent vraiment bien derrière leur machines. Au vu de la musique minimaliste de ce premier opus, on aurait pu penser l’expérience périlleuse voire impossible. Mais il font de la scène et ils le font bien. Alliant leur matos électronique à un vrai chant live et une partie de partition batterie sur batterie électronique. Ils finissent leur show en nage et nous aussi!

Alors ersatz de Daft Punk ou nouveautée craquante? Et bien les deux, ils ont réussi le tour de force de produire un album dans la lignée de leurs influences en apportant cette fraîcheur et cette cohérence. Bravo!

Post à retrouver ici: lepost